Un brestois dans Brest

Je suis né a Brest, je souhaite donc mettre en ligne ce que j'ai compilé sur ma ville

17 avril 2006

Le bagne de Brest

Louis XV est a l'origine de deux bagnes en France, ceux de Marseille au milieu du XVIII ème siècle et Toulon.

C'est quand le corps des galéres, qui semblent remonter à Jacques Coeur au XV ème siècle, fut rattaché à la marine royale en 1748. Les galéres quittérent définitivement Marseille qui fut abandonnée. Toulon servi alors de base des galéres ou l'on y adjoint des bâteau quel'on appelera "bagne flottant".

En novembre 1749, le ministre affirme sa volonté de construire deux galéres à Brest. La cale est choisit par Renoir dont les plans approuvé en janvier 1750 par le ministre des constructions. Les travaux débutent en juillet 1750. Quatres mois plus tard, le chantier compte 133 hommes, la construction dure un an. Le temps de la construction, les forçats étaient logés dans la corderie basse, le temps que le bagne soit construit.

Le choix de l'emplacement du bagne, qui pour certains devait être en dehors de l'enceinte de la ville, ou e ncore à l'extémité du port, toutes ces possibilités comportéesdes inconévenients. L'emplacement définitif fut choisit à proximité de l'hôpital, derrière la corderie haute et devant les casernes. On comprend aisément le coté statégique d'y implanter le bagne à cet endroit.

bagne_fa_ade1

C'est Antoine Chqouet de Lindu qui fut chargé de la construction du bagne. Il contacta le commissaire des galéres Mistral, nommé par la cour. Choquet de Lindu voulait que le bagne fournise les besoins indispensable à la vie tout en maintenant la police et évité les évansions.

Il choisit pour cela de diviser les forçats, afin d'éviter tous rapprochement, complots en évitant notamment la multiplication des gardes et des besoins.

Le bagne devant acceuillir 2000 forçats, ils fallaient les répartir dans des salles dans lesquelles l'on peut trouver les commodités necessaires, à savoir des lattrines, une cuisine, fontaine et taverne. Chacunes des salles est coupée en deux pour permettre de placer des tolas qui servé à allonger les forçats, dix d'un coté dix de l'autre.

Chaques salles étaient entourées de grilles. Au milieu de la longueur de chaque salle se trouvait une cuisine, à l'opposé de la cuisine il y vait la taverne, celle-ci divisé en deux pour recevoir dans l'une le vin que le munitionnaire accorde aux forçats aux cours des huit jours de travail suivi de huit jours de repos dans l'autre celui des comis qui ont le droit de distribuer cette doucueur aux forçats qui par les travaux peuvent s'en procurer.

La source qui alimenté l'hôpital fut dirigée vers le premier étage du bagne, celle-ci fut emplacée par une autre source un peu plus éloignée de la ville. La source qui arrivait qui arrivait au bagne n'étant pas assez importante, il fallut une citerne dont la hauteur d'eau qui s'y accumule fournit pendant la nuit tout le rez de chassée et pendant le jours pour les commodités du bâtiment, cuisine, lattrines,laverie...etc

Les conditions de propreté n'étant pas beaucoup meilleur tellement il y avait de personnes, les odeurs y étaient toujours présentes, les forçats qui s'y trouvaient ne changer de chemise que tous les huit jours.

Posté par Trader29 à 10:07 - Le bagne de Brest - Permalien [#]

Les liens en rapports avec la ville

logo_brest2            Site offiicel de la ville de Brest       http://www.mairie-brest.fr/

50400329               Webcan de la place de la liberté     http://www.mairie-brest.fr/cam/

logo_oc_anopllis Un parc de découverte des océans unique en Europe                                                                           http://www.oceanopolis.com/

Posté par Trader29 à 11:29 - Liens sur la ville - Permalien [#]

18 avril 2006

Liste des maires de Brest

1608 - 1609        François LE BESCOND, sieur de Keranmean

1618                  Bertrand TAILLART

1619 - 1621        Robert KERHOANTENAN, sieur de Toulbroch

1622 - 1624        Jean LE CHAUSSEC, sieur de Kerguillerm

1625 - 1627        Maurice NOBLET

1628 - 1630        Jean HAYET, sieur du Fayet

1631 - 1633        François LE STOBEC

1634 - 1636        Jacques LE STOBEC, sieur de Kerivin

1637 - 1639        François TURIN, sieur du Gouelmeur

1640 - 1642        Jean LE CHAUSSEC, sieur de Kerguillerm

1643 - 1645        Jean LE ROY, sieur de Keranvoy

1646                  François KERDENIEL, sieur de Poulquijeau

1646 - 1648        François TURIN, sieur du Gouelmeur

1649 - 1651        Gabriel LE BESCOND, sieur de Kerprigent

1652 - 1654        Lucas LE STOBEC, sieur de Kerhamon

1655 - 1657        Michel de ROUPICQUET, sieur du Pin

1658 - 1660        Baltazar BERTÉ, sieur de Mesgouez

1661 - 1663        Gaspard d'AGAR, sieur de la Coste

1664 - 1666        Jean LE MAYER, sieur du Bot

1667 - 1669        François LE STOBEC, sieur du Plessix

1670 - 1672        René de LAUNAY, sieur dudit lieu

1673 - 1675        Jean LE MAYER, sieur de Kerigonan

1676 - 1678        Isaac MONOD, sieur du Chesne

1679 - 1681        Pierre SIGUREL, sieur de Saint-L‚ger

1682 - 1684        François LE STOBEC, sieur du Plessix

1685 - 1687        Isaac MONOD, sieur du Chesne

1688 - 1690        Thomas LE MAYER, sieur de la Villeneuve

1691 - 1693        Yves LE GAC, sieur de l'Armorique

1694 - 1717        Jacques LARS, sieur de Poulrinou, maire perp‚tuel

1718 - 1723        Jacques LE DALL, sieur de Kerli‚zec

1724 - 1726        Nicolas MARION, sieur de Penanrun

1727 - 1732        Jacques SYMON, négociant

1733 - 1735        Nicolas MARION, sieur de Penanru

1735 - 1737        Jacques SYMON, négociant

1738 - 1747        Vincent LABBÉ, notaire royal / procureur

1744 - 1747        Antoine RABY, maire par intérim

1747                  Vincent JOURDAIN,

1748 - 1750        Pierre BETBÉDAT, négociant en vins

1751 - 1753        Guillaume LABBÉ, notaire

1754 - 1756        Louis DEBON, négociant

1757 - 1759        Alain MARTRET, sieur de Préville, notaire

1760 - 1762        Jean-Pierre LUNVEN, sieur de Kerbizodec, négociant

1763 - 1766        Charles-Marie FEBURIER, marchand de vins en gros

1766 - 1768        Antoine RABY

1769 - 1771        Jean LUNVEN, sieur de Kerbizodec

1771 - 1777        Jean-Jacques LE NORMAND, négociant

1777 - 1780        Louis LE GUEN, sieur de Neugel, négociant

1780 - 1783        Jean-Jacques LE NORMAND

1783 - 1787        François RABY, marchand de draps

1787 - 1789        François LE GUEN, négociant

1789 - 1790        Louis BRANDA, négociant

1790 - 1791        MALMANCHE, C.F.M. maître chirurgien juré

1791 - 1792        Jérôme Marie BERTHOMME, négociant

1792 - 1793        Romain Nicolas MALASSIS, libraire-imprimeur

1793 - 1795        Jérôme Marie BERTHOMME, négociant

1795                  Romain Nicolas MALASSIS, libraire-imprimeur

1795 - 1797        Pierre Charles Louis GILLART père, avocat

1797 - 1799        Joseph-Augustin RICHARD -DUPLESSIS, fils, négociant

1799 - 1800        Jean-Baptiste TOUROT, aîné, négociant

1800 - 1802        Jean Maurice POULIQUEN, négociant

1802 - 1808        Jean-Baptiste TOUROT, aîné, négociant

1808 - 1816        Charles François LE GROS

1816 - 1819        Jean-François HENRY, sous-commissaire de la Marine

1820 - 1821        Victor Charles Alexandre YMBERT, négociant

1821 - 1823        Joseph Marie DE KERROS, négociant

1823 - 1823        Jean-Paul COLLET, chirurgien en retraite

1823 - 1826        Chevalier de LA MARTRE, entreposeur des tabacs

1826 - 1830        Baron Jean-Hilaire BARCHOU, sous-intendant militaire

1830 - 1832        Joseph Marie DE KERROS, négociant

1832 - 1839        Charles FLEURY, pharmacien de marine en retraite

1839 - 1847        François-Victor LETTRE, capitaine de vaisseau en retraite

1847 - 1848        Pierre.M.F. LE GRANDAIS

1848 - 1865        Hyacinthe-Martin BIZET

1865 - 1870        Joseph de KERROS

1870 - 1871        Alexandre LEMONNIER

1871 - 1880        Auguste SALAUN PENQUER, docteur en médecine

1881 - 1884        Jean-Baptiste BELLAMY, notaire

1884 - 1900        Louis-Arthur DELOBEAU

1900 - 1904        Charles BERGER, docteur puis fabricant/bière

1904 - 1908        Victor AUBERT, connu sous le nom de "Père AUBERT"

1908 - 1912         Louis-Arthur DELOBEAU

1912 - 1919         Hippolyte MASSON

1919 - 1920         Louis NARDON

1920 - 1921         Hippolyte MASSON

1921 - 1929         Léon NARDON

1929 - 1941         Victor LE GORGEU

1942 - 1944         Victor EUSEN

24.10.1944 à avril 1945 Victor LE GORGEU, Président de la Délégation spéciale

1945 - 1947          Jules LULLIEN,

1947 - 1953          Alfred Pierre Marie CHUPIN, négociant industriel, député du Finistère

1953 - 1954          Yves JAOUEN, expert-comptable, sénateur du Finistère

1954                    Lucien CHAIX, chef de centre EDF, président de la Délégation Spéciale

1954 - 1958          Yves JAOUEN, expert-comptable

1958 - 1959          Auguste KERVERN, pharmacien

1959 - 1973          Georges LOMBARD, avocat, député du Finistère

1973 - 1977          Eugène BEREST, professeur de lettres classiques

1977 - 1982          Francis LE BLE, chef de travaux de la Marine, conseiller général

1982 - 1983          Pierre MAILLE, professeur

1983 - 1985          Jacques BERTHELOT, professeur

1985 - 1989          Georges KERBRAT, médecin hospitalier

1989 -2001           Pierre MAILLE, professeur, Conseiller Général

2001-   ?              François CUILLANDRE

Liste des maires de BREST

Posté par Trader29 à 15:58 - Les maires de la ville - Permalien [#]

La ville de Brest

                                brest_blason

Brest ville de 145 700 habitants, grand port européen, le plus proche du nouveau monde, ne serait rien sans sa rade d'une taille exceptionnelle, 150 km2 avec un goulet de 1,8 km de large. Dans la rade, un port militaire, un port de commerce et une multitude de petit ports offrant un large choix de promenades tout au long des sentiers côtiers.

Brest est notamment connu des amateurs de bande dessinées par le célébre "Tonnerre de Brest" du capitaine Haddock tout droit sorti le l'imagination d'Hergé. Il est vrai qu'entre 1749 et 1858 il y avait un bagne à Brest.

brest_vue_du_ciel

Brest, c'est aussi un port militaire qui commence sont essor au XVII ème siécles et qui connu notamment le départ le premier août 1785 de l'expédition de Lapérouse.

Brest c'est une équipe de football qui a connue ces heures de gloires en première division, mais il n'y a pas que le football, on y trouve entre autre du basket (pro B), du hockey sur glace (nat. 2), du cyclisme, de l'athlétisme et plein d'autres sport qu'une ville si étendu doit proposer aux brestois.

Brest c'est également la seconde guerre mondiale, qui comme beaucoups de villes à été détruite par les bombardements. A Brest il reste quelques traces de la ville d'avant 1939, comme la maison de la fontaine qui propose régulièrement des expositions.

                            brest_d_truite

en savoir plus : l'histoire de la ville de brest

Posté par Trader29 à 16:42 - Présentation de la ville - Permalien [#]

20 avril 2006

L'expédition de Lapérouse

                            le_roi_et_lap_rouse Louis XVI et Lapérouse

Le roi Louis XVI en accord avec le maréchal de Castries et Claret de Fleurieu arrêtent les grandes lignes du voyage le plus fantastique jamais imaginé en France. Les anglais étant en avance, il est important de redorer le blason de la France en matière scientifique et économique.

Une fois l'itinéraire déterminé, il faut transformer le Portefaix et l'Autruche en frégate rebaptisées la Boussole et l'Astrolabe. Les deux batiments sont choisis parmis ceux disponibles dans le port de Rochefort, l'armement se poursuivra à Brest.

                        lap_rouse Lapérouse

Sur les recommandations de Claret de Fleurieu, c'est Jean-François Galaup de Lapérouse qui prendra les commandes de l'expédition à bord de la Bousssole. La seconde frégate sera commandé par Paul Antoine Fleuriot de Langle.

Pour compléter les préparatifs, un mémoire de l'académie des sciences indique ce qui lui semble important au cours de l'expédition, à savoir, la geométrie, l'astronomie, la zoologie, la botanique, la géographie continentale et maritime, la géologie, l'ethnologie. Un programme aussi chargé nécéssite toute une équipe de savant. Parmi les savants présent l'on trouvent:

Sur la Boussole

Paul MERRAULT de MONNERON ( ingénieur en chef )

Gérault-Sébastien BERNIZET ( adjoint de MONNERON et ingénieur géographe )

Joseph LEPAUTE D'AGELET ( astronome )

Jean-Honoré Robert de PAUL (chevalier de LAMANON, physicien, minéralogiste, météorologiste )

Abbé Jean-André MONGEZ ( aumonier et physicien )

Jean-Nicolas COLLIGNON ( jardinier et botaniste )

Pierre GUERY ( armurier et horloger )

Jean-Louis-Robert PREVOST ( botanique )

Gaspard DUCHE de VANCY ( figures et paysages)

l'Astrolabe

Louis MONGE (débarqué à Ténérife, malade; astronome)

Abbé Claude-François Joseph LE RECEVEUR ( aumonier et naturaliste, chargé du scaphandre)

DUFRESNE ( naturaliste, débarqué à Macao 1 févreir 1787)

Joseph BOISSIEU de la MARTINIERE ( botaniste, chargé de la conservation des graines à implanter sur les terres inconnues et du rapatriement de celles receuillies sur les sols exotiques )

Barthélémy de LESSEPS ( interpréte russe, débarqué au Kamtchatka le 6 septembre 1787 )

François BLONDELA ( lieutenant de vaisseau )

Guillaume PREVOST ( botanique )

L'équipage est quant à lui comosé en majorité de Bretons.

A cette époque, le scorbut était un problème que les anglais métrisé mieux. Monneron affirme que le malt et les tablettes de bouillon furent les meilleurs aliments utilisés par Cook pour prévenir le scorbut. Il fera venir d'angleterre de grande quantité de malt, mélasse, levain, sels antiscorbique, noix confites.

Lapérouse demande que les denrées soient de première qualités. Il faut également habillé l'équipage, au frais du roi. Il y aura des bottes, bas, redingottes et gilets.

A bord des navires, les instruments les plus perfectionnés forment un " observatoire portatif " considérable.

En plus de la bibliothéque du bord, chaque savant emporte la sienne. Les livres comme les isntruments, manisfestent le soin avec lequel cette expédition a été préparée en se référant constament à faire aussi bien que Cook.

Il ne faut pas oublier les objets pour les indigénes, à savoir 2000 hachettes, 2000 peignes, 1 000 000 d'épingles, 52 casques à plumets de dragon...

Le 1er août 1785 à 4h du matin deux frégates montées par 220 officiers, hommes d'équipage, savants, artistes, ingénieurs, partent pour une longue expédition.

La première escale se fait à madére aprés 13 jours de mer, ils s'approvisionnent en vin de madére avant de rejoindre la rade de Santa Cruz le 17 août. Louis Monge victime du mal de mer doit regagner la France. L'expédition atteindra les côtes du Brésil sans un seul malade à bord.

Le 8 avril 1876 une terre est en vue, c'est l'île de Pâques. Vient Port des Français (Alaska) ou l'expéditon connait son premier drame qui coûte la vie à 6 officier et 15 matelots qui périssent noyés. L'expédition reprend la mer le 30 juillet 1876. Le 24 au matin commencent la plus longue partie du voyage, la traversé dans toute sa largeur du pacifique.

Le 5 février aprés être passé par Macao, les Philippines puis Manille le 28 février, les bateaux font escale dans l'arsenal de Cavite. Les bâteaux repartent le 9 avril 1787.

Le 9 décembre la Boussole et l'Astrolabe arrive à l'archipel des Navigateurs (iles Samoa) devant Tutuila. Le 11 avant de repartir, Fleuriot de Langle veut s'approvisionner en eau avant le départ. Les indiens présents sur la plage voient arriver les hommes , les femmes offrent des fruits, les hommes approches et c'est la confusion. Un indien asséne des coups de maillet sur un matelot, Fleuriot de Langle tire deux coup de fusil en l'air, puis il est renversé et massacré à coup de pierres et de massue comme les onze hommes qui l'accompagne. Lapérouse est meurtri par la mort de Fleuriot de Langle.

Aprés une dernière escale à Botany Bay (sydney), les frégates reprennent la mer le 10 mars 1788. A partir de cette date, plus aucunes nouvelles n'arrivera en France. En 1791 un voyage est entrepris par d'Entrecasteau qui ne donnera rien. Peter Dilon découvrira des traces en 1826, d'où une nouvelle expédition commandé par Dumont d'Urville part pour Vanikoro en 1828 afin d'en savoir plus.

Les résultats des découvertes de l'expédition sont perdu au cours du naufrage des deux frégates. Seul ce qui était ramené par courrier au cours des escales permet de connaître le travail accompli au cours des 3 années d'expédition.

Les mystéres du naufrage font de Lapérouse l'un des mythes de l'histoire maritime mondiale.

Posté par Trader29 à 16:51 - Expédition Lapérouse - Permalien [#]

21 avril 2006

Scorbut

Les marins ont toujours été exposés à des risques récifs non répertoriés, l'incendie à bord du navire et les caprices du vent pouvaient avoir des conséquences désastreuses. Au XVe siècle, les voyages maritimes au long cours ont fait apparaître de nouvelles calamités. Tant que la navigation se limitait à des déplacements sur de courtes distances, la qualité des provisions de bord avait peu d'importance; mais dès que les marins ont entrepris des voyages de plusieurs mois, ils ont connu des problèmes causés par la mauvaise qualité de conservation des aliments et par un régime alimentaire trop pauvre en vitamines essentielles. Des milliers de marins sont morts avant qu'on règle ces problèmes.

À bord, le menu était monotone : biscuits de mer, viande salée, pois séchés, poisson séché, beurre, fromage et eau douce ou bière, ce qui suffisait généralement à assurer les besoins énergétiques des hommes. Les problèmes ne venaient pas de la quantité de nourriture, mais de sa qualité. Pour assurer la conservation des provisions de bord du navire, celles-ci étaient salées, marinées, séchées ou fumées.

De plus, les marins étaient soumis à des conditions d'hygiène et de salubrité déficientes, à la promiscuité et à la vermine, de sorte qu'ils étaient souvent victimes de maladies comme la dysenterie, le typhus (propagé par les poux)

Personne ne connaissait l'existence des micro-organismes qui causaient ces maladies, mais les marins n'avaient aucun mal à faire le lien avec la viande en putréfaction, l'eau pleine d'algues qui puait et les biscuits infestés de charançons.

Le scorbut, maladie provoquée par un manque de vitamine C, était une importante cause de mortalité chez les marins lors des voyages océaniques. Cette maladie a emporté les deux tiers des hommes de Vasco de Gama pendant son voyage vers les Indes en 1497-1498.

Les marins savaient que le scorbut était lié à leur alimentation, mais ils ne comprenaient pas comment.

Dès 1535, Jacques Cartier

a appris des indigènes du Canada qu'une boisson confectionnée à partir de l'écorce et du feuillage d'arbres à feuilles persistantes permettait de guérir le scorbut. En 1601, on avait découvert que le citron était également très efficace contre cette maladie. Mais ce n'est qu'à la fin des années 1740, lorsque James Lind a effectué des tests poussés, que le monde scientifique a commencé à reconnaître la valeur des agrumes.

                                cook James CookJames Cook lui-même pensait que la choucroute avait de meilleurs effets que le citron sur la santé de ses hommes), et le scorbut a continué encore de faire des ravages pendant une bonne partie du XVIIIe siècle.

Posté par Trader29 à 11:07 - Documents complémentaires - Permalien [#]

Recherche à partir de l'index

A partir de cette page, tout un tas de liens renvoyant vers des pages sur ce blog (liens bleu) ou directement vers les sites.

A

          Art de la rue (Fourneau)

B

         Bagne                 Brest 2004            BIBUS

C

Centre hospitalier universitaire de Brest          Scorbut

Chambre de commerce et d'industrie  (CCI)        Choquet de Lindu

D

E

Ecole supérieure de commerce          Ecole d'ingénieur (Isen)

Ecole nationale supérieur d'ingénieurs         Ecole navale   

Ecole nationale d'ingénieurs de Brest   

Ecole Nationale Supérieures des Télécommunications de Bretagne

F

Festival du film court               Le Fourneau

G

H

Centre hospitalier universitaire de Brest

I

Institut Universitaire de Technologie de Brest            Isen           Ifremer

J

K - L

M

N

O

Office du tourisme

P

Port de Brest

Q

Le Quartz

R

S

T

Le Télégramme de Brest             Technopôle Brest Iroise      

Ecole Nationale Supérieures des Télécommunications de Bretagne

Transport (BIBUS)          Tonnerre de Brest

Tourisme (office du tourisme)

U - V- W- X - Y - Z

Centre hospitalier universitaire de Brest      

WEBCAM (port de commerce)

WEBCAM (place de la liberté et rue de siam)

Antoine choquet de Lindu

Posté par Trader29 à 11:56 - Index alphabétique - Permalien [#]

23 avril 2006

Tonnerre de Brest

La célèbre expression du capitaine Haddock a fait le tour du monde, comme l'irascible compagnon de Tintin, le petit journaliste à la houpette créé par Hergé.

                           tintinhaddockv

A son origine, deux explications.

Certains parlent du coup de canon, chargé à blanc, qui résonnait chaque jour à 7 heures et à 19 heures, réglant, pendant trois siècles, la vie des Brestois. La cité vivait au rythme de l'arsenal et du port militaire qui abrita les escadres de vaisseaux partant pour la guerre de l'indépendance américaine. Les quais de la Penfeld et "le château" (forteresse gallo-romaine transformée par Vauban pour recevoir l'artillerie) témoignent de la grandeur passée et évoquent encore l'activité dont chateaubriand fut le témoin romantique, par un beau jour d'été de 1793.

          vauban Vauban     chateaubriand Chateaubriand

Mais le "Tonerre de Brest", c'est aussi, pour beaucoup, le coup de canon qui annonçait l'évasion d'un bagnard et donnait le signal d'une chasse à l'homme. Sombre bâtisse édifiée au milieu de XVIII ème siècle, sur la rive gauche de la Penfeld, dans l'enceinte du port, le bagne abrita quelque 70 000 condamnées aux travaux forcés. Le plus célèbre d'entre eux fut un certain François-Eugène Vidocq qui devint plus tard....chef de la police.

                    vidocq Vidocq

Les couples enchaînés hantaient l'arsenal et ses abords, et menaient leurs travaux jusqu'au coeur de la ville. A la couleur de leur bonnet, on pouvait repérer la durée de leur peine. En 1785, on était condamné au bagne à vie pour "s'être endormi étant en sentinelle, pour vol d'une vache en pâture pendant la nuit, pour vol de tronc dans une église, pour vie errante, vagabonde et scandaleuse", à 9 ans, pour "vol d'herbage dans les champs", à 6 ans pour "séduction de jeunes filles".

Les derniers forçats quittérent Brest en 1858 pour Cayenne, en guyanne, et le bagne fut détruit en 1947.

                         canon canon à l'entrée du château de Brest

Le "Tonnerre de Brest" s'est tu (sauf les jours de fêtes nationale), mais les chocolatiers en ont perpétué l'écho en baptisant de son nom l'une de leurs créations. Pour les bambins en balade, qui escaladent les canons en échappant à la nonchallante surveillance de leurs parents, les joues arrondies comme des boulets par la gourmande dégustation des confiseries brestoises, rien n'évoque plus, sur le cours d'Ajot, la terreur des hommes traqués. C'est en somme, une histoire de bruit et de fureur qui se termine un jour dans les parfums et les douceurs d'une histoire de chocolat .

Posté par Trader29 à 09:48 - Documents complémentaires - Permalien [#]

01 mai 2006

Toutes une série de photos sur Brest Avant

http://brestmaville.canalblog.com/albums/brest_avant/index.html

Posté par Trader29 à 22:12 - Photos de Brest avant - Permalien [#]

22 juin 2006

Index des rues et personnages

Rue Frézier

Place Sadi Carnot

Rue Choquet de Lindu

Posté par Trader29 à 15:55 - Brest au travers de ces rues et ces personnages - Permalien [#]

15 août 2006

Rue frézier

Amédée François FREZIER est né en 1682 à Chambéry. C’est 1740 que l’ingénieur Frézier trace cette rue, dans une venelle appelée Alors " Petite rue de la tête Noire", du nom de l'auberge qui se trouvait à l'angle de la place Saint Louis. Il avait élaboré un grand projet. Un rêve pouvant contribuer à l'aménagement harmonieux des abords de l'église Saint Louis. Les voies donnant accès au quartier devaient être bordées de maisons régulières et les rez-de-chaussées garnis d'arcades circulaires en garnit. La révolution contraria le projet. A.F Frézier fut incontestablement l'un des grands esprits de son siècle. Il s'intéresse à tout.

portrait_amedee_frezier

Il a 25 ans en 1707 quand il entre dans le génie. Il y reste jusqu'à 82 ans. A.F Frézier participe entre 1712 et 1714 à un voyage en Amérique. Le but de l'expédition était de se rendre compte des moyens de défense des ports des colonies Espagnoles: Cependant, Frézier s'intéresse à la flore et à l'ethnographie. C'est ce qui l'amènera à rapporter la fameuse fraise blanche du Chili – fragaria chiliensis – qui par hybridation donnera nos variétés de grand fruits.

Il en donnera quelques pieds à M de Jussieu pour le jardin royal, où l'on aura soin de les faire fructifier… Cinq plants seront ensuite plantés dans les jardins de la sous-préfecture de Brest. De Brest à Plougastel, il n'y a que la rade à traverser pour faire la renommée de la presqu'île.

Le fraisier et la fraise doivent sans doute beaucoup à Frézier, mais pas le nom. En effet, fraise vient du nom latin " Fragum" signifiant le fruit, alors que Frézier est la francisation de fraser nom d'une vieille famille d'Ecosse dont Frézier est issu. Il est resté connu par les relations de ses voyages, ses travaux d'architecture et son fameux traité de la coupe des pierres. Il devient en 1739, directeur du génie pour la Bretagne. A ce titre, il travaillera avec Choquet de Lindu qui assurait sous ces ordres la direction des travaux du port. En 1752, il est membre de l'Académie de marine.

Il décède le 14/10/1773 à Brest

Voici quelques clichés de l'actuelle rue Frézier :

rue_fr_zier___c_t__rue_jean_jaur_s

rue_fr_zier___c_t___rue_de_glasgow

entr_e_de_la_mairie_rue_fr_zier

Rue Frézier

Posté par Trader29 à 09:15 - Permalien [#]

rue Choquet de Lindu

Antoine Choquet de Lindu est issu d’une famille de Haute Normandie installé à Brest depuis plusieurs générations. Son père Nicolas, écrivain du roi était également commissaire des poudres et receveur des droits de l’amiral.

Ecrivain de la marine comme son père en 1734, il est sous-ingénieur en 1743 il devient ingénieur en chef en 1746. En 1764, par suite de la fusion des départements de la guerre et de la marine, il est attaché au corps royal du génie avec la commission de capitaine d’infanterie.

Il continue cependant à assurer la direction des travaux du port sous les ordres de Frézier.

En 1767, les deux départements ayant été divisés, il redevient ingénieur en chef de la marine.

Chaque année, il construisait un nouveau bâtiment et on peut dire qu’en 1790 le port de Brest portait vraiment sa marque.

L’œuvre de Choquet de Lindu

1738 – 1744           4 cales de construction de Bordenave

1740                     chapelle du séminaire des jésuites dite chapelle de la marine

1740                     Forges des constructions navales

                        Deuxième prison de Pontaniou

                        Boulangerie, lavoir, buanderie et bureaux de l’hôpital maritime

1740                      Magasin aux fers et menuiserie

1744 – 1745            Magasin général

1745 – 1747            Corderie haute

1747                      Magasin au goudron, forges, serrurerie, plomberie

1747                      Parc au boulet sur le quai aux vivres

                             Boulangerie de cinq fours au parc aux vivres

                             Aménagement en bagne provisoire de la corderie basse

1750 – 1751             Bagne, clôture de l’arsenal

1751 – 1758             Formes de Pontaniou

1753                       Fontaine sur le quai de la corderie

1753                       Magasin aux mâts

1756 – 1761             Caserne du quartier de la marine

1763 – 1764             Second môle de Pontaniou

1766                       Théâtre de la marine

1766 – 1767             Caserne des matelots (deuxième dépôt) jusqu’au premier étage

le_port_de_guerre_et_la_caserne_du_2_eme_d_pot

1766                       Exhaussement de la machine à mâter

1768 – 1769             Magasin aux fers le long de la première forme de Pontaniou

1768 – 1770             Boulangerie de quatorze fours

1766                       Fontaine sur le quai de Kéravel

1770 – 1771             Deux hangars aux mâts au Salou

1775                       Couverture de la troisième forme de Pontaniou

1777 – 1779             Barraques derrière le corps de l’hôpital

1780                       Hôpital de Pontanézen

Hors Brest La tour du phare de Ouessant

Posté par Trader29 à 09:54 - Brest au travers de ces rues et ces personnages - Permalien [#]

brest et son histoire

Plus grande ville de l'ouest de la Bretagne, on lui préféra pourtant Quimper comme chef-lieu de département du Finistère lors de sa création sous l'Assemblée constituante en 1791. En effet, Brest était déjà une préfecture maritime.

La situation de Brest est d'exceptionnelle, dès l'Âge du bronze, la pointe de Bretagne se trouve sur la route de l'étain.

Au Moyen Âge, la configuration de la côte et des dangers du large obligent la totalité du trafic maritime entre le nord et le sud de l'Europe à passer au pied des falaises et de l'abbaye de Saint Mathieu, dont dépend alors un des ports les plus importants de tout l'Occident.

De nos jours près de la moitié du commerce maritime mondial passe encore au large d'Ouessant.

Le plateau du Léon domine la Rade de Brest du haut de falaises presque rectilignes qui matérialisent une des failles majeures du Massif armoricain. Ce mur n'est pratiquement interrompu que par un aber encaissé, la Penfeld qui a longtemps constitué par elle même un excellent port naturel. Elle est par ailleurs abritée et presque dissimulée derrière un rocher.

      la penfeld se jette dans la rade la_penfeld_se_jette_en_rade    rives_de_la_penfeld les rives de la penfeld

L'importance militaire de ce site et de l'immense plan d'eau de la Rade n'a échappé ni aux Romains (ni très probablement avant eux aux Osismes), ni aux ducs de Bretagne et rois d'Angleterre, ni à ceux des rois de France qui se sont intéressés à la mer, ni, plus récemment, aux protagonistes des deux guerres mondiales.

vue_a_rienne_de_la_rade_de_Brest  vue aérienne de la rade de Brest

Le site de Brest faisait partie du territoire du peuple gaulois armoricain de Osismes ou Osismii. Ils occupaient à peu près l'espace de l'actuel Finistère. La naissance de Brest correspond à la construction d'un camp fortifié romain à la fin du IIIe siècle. D'autre part, le gouvernement impérial mettait en place une organisation militaire qui s'appelera au siècle suivant le " Tractus armoricanus et nervicanus " avec constitution d'une flotte, la " Classis armoricana " pour le contrôle des côtes.

Il a été proposé que la capitale de Osismes eût été transférée de Vorgium (Carhaix) à Brest pour des raisons de défense et de contrôle maritime, et qu'elle aurait vu emménager à l'abri de ses murs les élites carhaisiennes.

Mais il a été établi récemment que si Brest a reçu le cantonnement d'une légion romaine dans ses murailles, Carhaix est demeurée chef-lieu jusqu'à la dissolution des structures administratives gallo-romaines dues à l'immigration bretonne.

La dépopulation de Brest au IXe siècle lui fera préférer naturellement Saint-Pol-de-Léon et Quimper pour siège d'un diocèse divisé désormais entre Léon et Cornouaille . Le souvenir des Osismes s'était évanoui. Le castrum romain du IIIe siècle endommagé et en partie ruiné fut renforcé d'une nouvelle construction, le " Castellum ", bâtie à l'intérieur du vieux " Castrum " par le comte Morvan de Léon pour se protéger des Normands qui ravageaient la région.

Cette ville fortifiée deviendra château au XVIe siècle quand la population civile l'évacuera pour en peupler les faubourgs. Le château sera modifié jusqu'au XXe siècle.

la_Tour_et_le_ch_teau   la tour Tanguy et le château

Pendant le Moyen Âge, Brest est tour à tour sous la domination du duc de Bretagne et du royaume d'Angleterre.

En 1593, Henri IV donne à Brest le titre de ville et en 1631, Richelieu fait de Brest un port militaire. Il crée alors le port et les arsenaux, sur les rives de la rivère Penfeld. Ces constructions nécessitèrent une main-d'œuvre abondante qu'il fallut loger

henri_4  henri IV

En 1683, Vauban fortifia la ville. À la fin du règne de Louis XIV la ville est désormais constituée et compte environ 15 000 habitants.

Vauban  vauban

Sous la Révolution, Brest prend une importance de grande ampleur : ce grand port militaire doit à tout prix rester acquis à la France.
En 1789, la ville s'engage majoritairement pour la Révolution. En 1792, ce sont même les fédérés brestois, qui avec les fédérés marseillais, prennent les Tuileries le 10 août, afin d'emprisonner le roi.

La ville perd cependant toute son importance : en raison du blocus anglais permanent, la marine est quasi paralysée et ne peut plus jouer le rôle d'avant-poste de la République. Ainsi, la ville connaît une phase d'accalmie.

Après un siècle de marasme, le développement de Brest reprit sous le Second Empire. En 1856, Napoléon III permit à la ville de jeter un pont sur la Penfeld. L'empereur et l'impératrice furent reçus magnifiquement quand ils séjournèrent à Brest du 9 au 12 août 1858.

Napoléon III   napo_lon_3

En reconnaissance de cet accueil, Napoléon III fit agrandir l'arsenal, prolonger deux lignes de chemin de fer jusqu'à Brest, et créa le port de commerce.

                                                  locomotive_de_la_compagnie_de_l_ouest_en_1860___s_rie740  locomotive de la compagnie de l'ouest

Dates clés

250 - 350 : construction du Castellum de Brest, camp romain constituant la première citadelle de Brest. - 410 - 420 : Fin de l'occupation romaine.
1240 : Le Duc Jean Ier Le Roux achète le château, le village et le port de Brest au comte de Léon Hervé III, ruiné.
1341 : Jean de Montfort s'empare du château et entoure le bourg d'un rempart.
1386 - 1387 : Jean IV de Bretagne assiège vainement, à deux reprises, Brest tenu par les Anglais.
1397 : Remise de Brest par Richard II d'Angleterre à Jean IV de Bretagne contre une grosse indemnité.
- 1505 : Visite de la duchesse-reine Anne.
- 1512 (10 août) : Combat de la Cordelière.
- 1593 (31 décembre) : Henri IV accorde le droit de bourgeoisie aux habitants de Brest, qui compte 1500 habitants, et leur permet d'élire un maire et deux échevins.
- 1629 : Richelieu envoie d'Infreville à Brest en tournée d'inspection.
- 1631 : Richelieu crée la Marine du Ponant et le Port en Penfell. Naissance de l’arsenal, début du développement portuaire et militaire de Brest, qui conduira à la fortification du site.
- 1681 : Louis XIV réunit le bourg de Sainte Catherine (Recouvrance) à Brest, aux dépens de Saint Pierre Quilbignon.
- 1683 : Vauban dresse un plan des fortifications à entreprendre.
- 16?? : Extension du territoire de la ville jusqu'aux fortifications aux dépens de Lambézellec.
- 1685 (février) : Arrivée des ambassadeurs de Siam qui passent par la rue Saint-Louis, future rue de Siam.
-1694 : premier plan d’aménagement de Brest par Vauban.
-1702 : Bénédiction de l'église Saint-Louis.
- 1746-1784 : grands travaux de l’ingénieur de la Marine, Antoine Choquet de Lindu qui marquera la ville.
-1750 - 1751 : construction du bagne de Brest
- 1752 (janvier) : constitution de l'Académie de Marine.
- 1778 (juin) : combat de la Belle Poule.
- 1785 (août) : départ de Lapérouse et Fleuriot de Langle.
- 1789 (avril) : assemblée électorale de la sénéchaussée de Brest. Élection des députés brestois aux états généraux.
- 1800 (juillet) : nomination du premier préfet maritime , Cafarelli
- 1830 : création de l'École navale (sur l'Orion)
- 1852 (mars) : le principe de la transportation des forçats en Guyane est établi
- 1856 (avril) : décret de création d'un pont sur la Penfell
- 1858 (9-12 août) : séjour de l'empereur Napoléon III et de l'impératrice Eugénie.
- 1858 (1er septembre) : départ du dernier convoi de bagnards à destination de la Guyane. À la fin de l'année, il ne reste plus un forçat à Brest
- 1858 : création de la Société académique de Brest.
- 1859 (août) : décret de création d'un port de commerce à Porstrein
- 1861 : Brest intègre 172 ha (" l'extension ") de la commune de Lambézellec, de l'actuelle place de la Liberté à l'Octroi, pour s'étendre hors les murs, et englober son nouveau port de commerce.
- 1861 (juin) : ouverture du pont à la circulation
- 1861-1889 : le port de commerce quitte la Penfeld. Il devient, dans l’ancienne anse de Porstrein qui est comblée, le port Napoléon.
- 1865 (avril) : arrivée du chemin de fer et inauguration de la gare.
- 1891 : premier Paris-Brest-Paris.
- 1917 - 1918 : Brest, port de débarquement américain
- 1920-1929 : la ville étouffe dans ses fortifications et se développe hors de ses murs. Le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de Brest étudié par l’architecte Georges Milineau tentera d’organiser ces évolutions.
- 1930 : inauguration du pont Albert Louppe, dit "pont de Plougastel"
- 1940 (19 juin) : entrée des troupes allemandes à Brest
- 1941 : premiers bombardements de la ville.
- 1941 (22 mars) : arrivée des croiseurs allemands Scharnhorst et Gneisenau
- 1942 (11 février) : départ des croiseurs allemands
- 1943 (28 janvier) : décret d'évacuation de la population non indispensable
- 1943 : premières études d’un plan de reconstruction menées par Jean-Baptiste Mathon.
- 1944 (9 septembre) : explosion de l'abri Sadi Carnot (373 civils et plusieurs centaines d'Allemands morts)
- 1944 (18 septembre) : reddition de la garnison allemande de la Place de Brest et libération de la ville au terme d’un siège qui la laissera en ruines.
- 1945 : création du grand Brest par agrégation des communes voisines : Lambézellec, St Pierre-Quilbignon et St Marc.
- 1947 : explosion de l'Ocean Liberty, chargé en nitrate d'ammonium (plus qu'à AZF), il détruit en partie le quartier de St Marc
- 1946-1961 : reconstruction de la ville.
- 1960 : création du Collège scientifique, future université de Bretagne Occidentale.
- 1960 (7 septembre) : remise de la médaille de la Résistance à la ville par le Général de Gaulle.
- 1964 : création de l'escadre de l'Atlantique.
- 1974 (1er janvier) : création de la Communauté Urbaine de Brest qui regroupe 8 communes.
- 1994 : inauguration du pont de l'Iroise (en présence d'Edouard Balladur)
- 2000 : création de l'Association des communautés du Pays de Brest.
- 2004 : changement de nom de la communauté urbaine et naissance de Brest Métropole Océane.

Posté par Trader29 à 11:27 - Présentation de la ville - Permalien [#]