Un brestois dans Brest

Je suis né a Brest, je souhaite donc mettre en ligne ce que j'ai compilé sur ma ville

20 avril 2006

L'expédition de Lapérouse

                            le_roi_et_lap_rouse Louis XVI et Lapérouse

Le roi Louis XVI en accord avec le maréchal de Castries et Claret de Fleurieu arrêtent les grandes lignes du voyage le plus fantastique jamais imaginé en France. Les anglais étant en avance, il est important de redorer le blason de la France en matière scientifique et économique.

Une fois l'itinéraire déterminé, il faut transformer le Portefaix et l'Autruche en frégate rebaptisées la Boussole et l'Astrolabe. Les deux batiments sont choisis parmis ceux disponibles dans le port de Rochefort, l'armement se poursuivra à Brest.

                        lap_rouse Lapérouse

Sur les recommandations de Claret de Fleurieu, c'est Jean-François Galaup de Lapérouse qui prendra les commandes de l'expédition à bord de la Bousssole. La seconde frégate sera commandé par Paul Antoine Fleuriot de Langle.

Pour compléter les préparatifs, un mémoire de l'académie des sciences indique ce qui lui semble important au cours de l'expédition, à savoir, la geométrie, l'astronomie, la zoologie, la botanique, la géographie continentale et maritime, la géologie, l'ethnologie. Un programme aussi chargé nécéssite toute une équipe de savant. Parmi les savants présent l'on trouvent:

Sur la Boussole

Paul MERRAULT de MONNERON ( ingénieur en chef )

Gérault-Sébastien BERNIZET ( adjoint de MONNERON et ingénieur géographe )

Joseph LEPAUTE D'AGELET ( astronome )

Jean-Honoré Robert de PAUL (chevalier de LAMANON, physicien, minéralogiste, météorologiste )

Abbé Jean-André MONGEZ ( aumonier et physicien )

Jean-Nicolas COLLIGNON ( jardinier et botaniste )

Pierre GUERY ( armurier et horloger )

Jean-Louis-Robert PREVOST ( botanique )

Gaspard DUCHE de VANCY ( figures et paysages)

l'Astrolabe

Louis MONGE (débarqué à Ténérife, malade; astronome)

Abbé Claude-François Joseph LE RECEVEUR ( aumonier et naturaliste, chargé du scaphandre)

DUFRESNE ( naturaliste, débarqué à Macao 1 févreir 1787)

Joseph BOISSIEU de la MARTINIERE ( botaniste, chargé de la conservation des graines à implanter sur les terres inconnues et du rapatriement de celles receuillies sur les sols exotiques )

Barthélémy de LESSEPS ( interpréte russe, débarqué au Kamtchatka le 6 septembre 1787 )

François BLONDELA ( lieutenant de vaisseau )

Guillaume PREVOST ( botanique )

L'équipage est quant à lui comosé en majorité de Bretons.

A cette époque, le scorbut était un problème que les anglais métrisé mieux. Monneron affirme que le malt et les tablettes de bouillon furent les meilleurs aliments utilisés par Cook pour prévenir le scorbut. Il fera venir d'angleterre de grande quantité de malt, mélasse, levain, sels antiscorbique, noix confites.

Lapérouse demande que les denrées soient de première qualités. Il faut également habillé l'équipage, au frais du roi. Il y aura des bottes, bas, redingottes et gilets.

A bord des navires, les instruments les plus perfectionnés forment un " observatoire portatif " considérable.

En plus de la bibliothéque du bord, chaque savant emporte la sienne. Les livres comme les isntruments, manisfestent le soin avec lequel cette expédition a été préparée en se référant constament à faire aussi bien que Cook.

Il ne faut pas oublier les objets pour les indigénes, à savoir 2000 hachettes, 2000 peignes, 1 000 000 d'épingles, 52 casques à plumets de dragon...

Le 1er août 1785 à 4h du matin deux frégates montées par 220 officiers, hommes d'équipage, savants, artistes, ingénieurs, partent pour une longue expédition.

La première escale se fait à madére aprés 13 jours de mer, ils s'approvisionnent en vin de madére avant de rejoindre la rade de Santa Cruz le 17 août. Louis Monge victime du mal de mer doit regagner la France. L'expédition atteindra les côtes du Brésil sans un seul malade à bord.

Le 8 avril 1876 une terre est en vue, c'est l'île de Pâques. Vient Port des Français (Alaska) ou l'expéditon connait son premier drame qui coûte la vie à 6 officier et 15 matelots qui périssent noyés. L'expédition reprend la mer le 30 juillet 1876. Le 24 au matin commencent la plus longue partie du voyage, la traversé dans toute sa largeur du pacifique.

Le 5 février aprés être passé par Macao, les Philippines puis Manille le 28 février, les bateaux font escale dans l'arsenal de Cavite. Les bâteaux repartent le 9 avril 1787.

Le 9 décembre la Boussole et l'Astrolabe arrive à l'archipel des Navigateurs (iles Samoa) devant Tutuila. Le 11 avant de repartir, Fleuriot de Langle veut s'approvisionner en eau avant le départ. Les indiens présents sur la plage voient arriver les hommes , les femmes offrent des fruits, les hommes approches et c'est la confusion. Un indien asséne des coups de maillet sur un matelot, Fleuriot de Langle tire deux coup de fusil en l'air, puis il est renversé et massacré à coup de pierres et de massue comme les onze hommes qui l'accompagne. Lapérouse est meurtri par la mort de Fleuriot de Langle.

Aprés une dernière escale à Botany Bay (sydney), les frégates reprennent la mer le 10 mars 1788. A partir de cette date, plus aucunes nouvelles n'arrivera en France. En 1791 un voyage est entrepris par d'Entrecasteau qui ne donnera rien. Peter Dilon découvrira des traces en 1826, d'où une nouvelle expédition commandé par Dumont d'Urville part pour Vanikoro en 1828 afin d'en savoir plus.

Les résultats des découvertes de l'expédition sont perdu au cours du naufrage des deux frégates. Seul ce qui était ramené par courrier au cours des escales permet de connaître le travail accompli au cours des 3 années d'expédition.

Les mystéres du naufrage font de Lapérouse l'un des mythes de l'histoire maritime mondiale.

Posté par Trader29 à 16:51 - Expédition Lapérouse - Permalien [#]